26 février 2015

L'anémie infectieuse des équidés (AIE) souvent appelé maladie de Coggins est encore présente au Canada

L’anémie infectieuse des équidés est une maladie virale infectieuse qui peut être mortelle. Elle atteint les chevaux, ainsi que d’autres membres de la famille des équidés, dont les ânes et les mules.

La plupart des animaux infectés par l’AIE ne manifestent aucun signe clinique de la maladie, mais sont porteurs du virus toute leur vie et peuvent représenter une source d’infection pour d’autres animaux.

Quels sont les signes cliniques de l’AIE?

La période d’incubation est habituellement de deux à quatre semaines, mais peut varier entre une semaine et trois mois. Les chevaux infectés peuvent présenter les signes suivants :

* anorexie;
* dépression;
* faiblesse généralisée;
* fièvre intermittente pouvant atteindre 41 ºC;
* jaunisse;
* petites hémorragies sous la langue et les yeux;
* œdème des extrémités;
* perte de poids.

Dans certains cas, une perte de coordination peut représenter la seule anomalie clinique.

Les poulains infectés in utero sont souvent avortés ou meurent dans les deux mois suivants la naissance.

De nombreux animaux profitent d’une guérison temporaire de la forme aiguë de l’AIE et peuvent même sembler normaux pendant deux à trois semaines avant de rechuter et de présenter des signes similaires, mais moins marqués. Des épisodes de maladie clinique sont souvent associés à l’usage de stéroïdes ou à des périodes de stress comme le travail ardu, la chaleur, les courses et la gravidité.

L'origine et l'évolution du programme de lutte contre l'AIE



L'AIE a été détectée au Canada en 1881; on l'appelait alors la fièvre des marais. Les efforts de lutte initiaux, consistant à éliminer les chevaux cliniquement malades, ont été plus souvent inefficaces parce que les porteurs asymptomatiques n'ont cessé de transmettre la maladie et ont constitué une source d'infection pour les chevaux sains. En 1970, le Dr. Leroy Coggins a mis au point un test de dépistage de l'AIE consistant en une épreuve d'immunodiffusion sur gélose (IDG). D'une fiabilité absolue, le test de Coggins détecte la présence d'anticorps, que l'animal soit atteint de la forme aiguë, chronique ou latente. La fiabilité du test et la possibilité de détecter les porteurs asymptomatiques ont rendu possible la mise sur pied de programmes de lutte plus efficaces contre l'AIE.

L'AIE a été ajoutée à la liste des maladies à déclaration obligatoire au Canada en 1971. Le premier programme de lutte contre la maladie a vu le jour en 1972. Agriculture Canada offrait alors le test de Coggins aux propriétaires canadiens de chevaux et le dépistage volontaire était effectué par des vétérinaires accrédités. Le gouvernement n'intervenait que dans le cadre d'enquêtes de traçage en aval ou pour effectuer des analyses après le signalement de sujets positifs. Ceux-ci étaient alors mis en quarantaine permanente ou euthanasiés. Pendant les sept premières années du programme, le gouvernement n'indemnisait pas les propriétaires de chevaux éliminés. Cependant, en 1978, le gouvernement fédéral a entrepris de verser une somme de 200 $ aux propriétaires de chevaux euthanasiés. En 1989, Agriculture Canada a commencé à accréditer des laboratoires privés pour effectuer le test de Coggins. Toutefois, dans le cas de résultats non concluants ou positifs, un laboratoire fédéral devait confirmer les résultats avant la mise en oeuvre d'une quarantaine ou d'une enquête.

De 1972 à 1993, quelque 14 000 chevaux sur environ 1,8 million ont obtenu des résultats positifs confirmés à l'égard de l'AIE. Bien que des propriétaires aient choisi la mise en quarantaine permanente de leurs animaux, la plupart des chevaux ont été éliminés. Au cours de la même période, le taux d'infection chez les chevaux soumis au test de dépistage est passé de 2,9 % à 0,39 %, ce qui indique que le programme a permis de réduire le nombre de chevaux infectés et de freiner efficacement la propagation de la maladie dans toutes les régions, à l'exception de certaines régions éloignées et à risque élevé.

En 1994, le gouvernement a réajusté ses priorités er réduit sa participation au programme en modifiant sa politique de lutte contre la maladie. L'AIE est demeurée une maladie à déclaration obligatoire, et les méthodes et exigences d'analyse sont demeurées inchangées. Cependant, Agriculture Canada ne faisait plus qu'aviser les propriétaires d'animaux infectés et de chevaux exposés à des animaux infectés au lieu de dépister les sujets positifs et de faire enquête. Les chevaux qui étaient entrés en contact avec des sujets positifs n'étaient pas mis en quarantaine, et les analyses étaient effectuées aux frais des propriétaires, par des vétérinaires accrédités de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA). Les propriétaires devaient détenir un permis fédéral pour retirer les animaux infectés des exploitations. Parallèlement, le gouvernement a cessé d'ordonner l'élimination des chevaux infectés et de verser des indemnités. Entre 1994 et 1998, environ 337 000 chevaux ont été soumis à des analyses et près de 550 sujets positifs ont été isolés en permanence ou éliminés avec l'accord de leur propriétaire. Dans la même période, le taux d'infection chez les chevaux soumis au test de dépistage a grimpé, passant de 0,39 % en 1993 à 0,66 % en 1999.
Le programme actuel de lutte contre l'AIE

En avril 1998, les représentants du secteur équin ont demandé à l'ACIA, nouvellement créée, de modifier le programme de lutte contre l'AIE. Même si cette maladie ne présente aucun risque pour la salubrité des aliments et la santé humaine, l'Agence a reconnu que l'absence de mesures de lutte contre l'AIE pourrait avoir des effets dévastateurs sur l'industrie équine canadienne, notamment sur le commerce international. Par conséquent, l'ACIA a accepté de participer à la lutte contre l'AIE, à condition que le nouveau programme soit piloté par l'industrie et autofinancé.

Le programme actuel comporte deux volets. Dans le premier volet, les propriétaires acquittent volontairement des frais pour soumettre leurs chevaux au dépistage lorsque l'industrie en fait la demande (p. ex. transport vers une exposition, un point de vente, etc.). Les analyses sont effectuées par des vétérinaires en pratique privée et par des laboratoires privés accrédités par l'ACIA. Le second volet du programme relève de l'ACIA; il s'agit de l'obligation d'intervention. Chaque fois qu'un cas d'AIE est découvert, il doit être signalé à l'ACIA et des mesures doivent être mises en oeuvre pour lutter contre la maladie. On déclare alors infectée, l'exploitation où se trouve le sujet positif, et tous les animaux susceptibles d'être atteints doivent obtenir des résultats négatifs avant de pouvoir quitter l'exploitation concernée. Les chevaux qui sont entrés en contact avec un sujet positif dans les 30 jours suivant la date du test sont également soumis au dépistage. Lorsque les résultats sont positifs, les chevaux sont soumis à de nouvelles analyses et les sujets positifs qui présentent des signes cliniques doivent être euthanasiés. Les propriétaires de chevaux asymptomatiques dont l'infection est confirmée doivent choisir entre une mise en quarantaine permanente ou l'euthanasie. Dans ce dernier cas, l'ACIA ordonne l'élimination des chevaux et indemnise les propriétaires. Les propriétaires n'ont aucun frais à acquitter pour ce volet du programme.

Au moment de l'introduction du programme, en 1998, l'indemnité maximale versée s'élevait à 500 $ dans le cas des chevaux de sang mêlé et à 1 000 $ dans le cas des pur-sang. On a augmenté l'indemnité maximale à 2 000 $ par cheval, afin de promouvoir le programme et le dépistage.

Les laboratoires accrédités facturent un supplément de 2 $ aux propriétaires pour chaque animal faisant l'objet d'un dépistage, de façon à compenser les coûts associés à l'obligation d'intervention imposée par l'ACIA. Bien que ce montant puisse, certaines années, couvrir les coûts associés à l'indemnisation, il ne couvre pas les frais de main-d'oeuvre et d'exploitation de l'ACIA. L'Agence fournit ses services à l'industrie à titre de gracieux.
Publier un commentaire

TROUVEZ DES PARUTIONS. CONSULTEZ L'INDEX PAR DATE

SOUMETTEZ: Questions, Sujets de discussions ou Textes ICI

Nom

Courriel *

Message *

Comme vos Ami(E)s, aimez notre Page Facebook