4 février 2010

RÉCIT - Moi Damn Yankee, profession : Cheval de course

Auteur: Caroline Girard

Je me nomme Damn Yankee et voici mon histoire :

Chapitre I

Je suis né en 1998 et je suis un Standardbred ambleur bai de 15.3 mains.
Je vous dirais que ma destinée était déjà prédite quand je suis né.
Je devais être sur terre pour être un cheval de course, vu ma race.
Je dois vous dire que ma vie n’a pas toujours été facile, je devais aller sur la piste de course tous les matins courir mon entraînement de quatre milles par jour. Dès deux jours avant une course, je devais aller plus vite et plus vite encore en entraînement, et de plus, je changeais d’écurie très souvent. Je coursais dans les courses à réclamer et je me retrouvais parfois avec des entraîneurs pas très patients avec moi.
Sans parler de toutes ces injections reçues au cours de ma vie pour soit me soulager, soit me vitaminer, ou bien pour me faire courir plus vite.
Je ne vous raconte pas cette histoire pour me plaindre, car j’ai quand même eu beaucoup de soins et d’attentions au cours de ma carrière. J’ai été un très bon cheval de course et j’ai beaucoup de victoires à mon actif en dix ans, dont mon record à vie en 1 min 54 s à Toronto.
J’ai coursé pendant 10 ans et mes gains se sont terminés autour de 380 000 $.


Mon histoire arrive à un tournant en 2006, lorsque je me suis brisé la deuxième phalange en course.
 
Mon propriétaire m’avait mis en pension dans une écurie de chevaux de selle en juin de cette même année, dans un box au fond de l’écurie pour que je ne bouge pas trop avec cette patte qui était dans le plâtre. Je ne pouvais pas bouger de toute façon, même si j’avais voulu, tellement cela était douloureux.
Mon propriétaire venait me voir pratiquement tous les jours pour me brosser et voir si j’allais bien.
Un jour, j’ai croisé une dame appelée Caroline qui ...

SUITE sur le site de Caroline Girard : http://carolinegirard.e-monsite.com 

Message de Caroline Girard, l'auteur : « J’aimerais avec ce livre permettre aux gens qui possèdent des chevaux de race Standardbred de mieux les comprendre au travers de Damn Yankee. Que les gens et propriétaires de cette race de chevaux comprennent bien par où leurs chevaux sont passés dans leur vie avant d’arriver chez eux.

De montrer aux gens ignorants de cette race, ce que le Standardbred peut vraiment accomplir après le domaine des courses.

Je veux tout simplement laisser une chance à cette race de chevaux avant qu’elle ne devienne des plus rares au Québec. Ces chevaux ont beaucoup à offrir, il faut seulement apprendre à les connaître davantage.»

Publier un commentaire

TROUVEZ DES PARUTIONS. CONSULTEZ L'INDEX PAR DATE

SOUMETTEZ: Questions, Sujets de discussions ou Textes ICI

Nom

Courriel *

Message *

Comme vos Ami(E)s, aimez notre Page Facebook