26 janvier 2015

Rien de plus triste que de reconduire son compagnon cheval à la mort.

Ce texte peut ne pas convenir à certaines personnes. Il traite de la mort d'un compagnon animal.

Votre ami cheval est frappé par le destin. Il est malade sans possibilité de guérison; handicapé par une blessure qui ne vous laisse aucune alternative, si vieux qu'il n'a plus de qualité de vie, vous ne pouvez plus financièrement assurer son entretien et personne n'en veut... Quelles que soient les raisons qui vous amènent à vivre ce moment ou il vous faudra prendre la décision de mettre fin aux jours de votre compagnon à quatre pattes, il vaut mieux connaitre les alternatives et les implications de chacune.

L'une des méthodes est l’euthanasie, pratiquée par un vétérinaire. L’injection intraveineuse d’un barbiturique concentré avec une sédation préalable est considérée comme la méthode la plus humanitaire pour euthanasier les animaux.  Elle cause une mort relativement esthétique et son effet est rapide, fiable et efficace. Endormir le cheval est nécessaire afin de prévenir des incidents ou le cheval tombe et se met à convulser avant que le vétérinaire n'ait eu le temps d'administrer le contenu complet de la seringue fatale.

Il faut prendre des mesures afin d’assurer que les animaux tués avec des barbituriques soient éliminés d’une manière responsable car de tels animaux peuvent représenter une source importante de toxicité environnementale. Une entreprise de récupération d'animaux morts se chargera de disposer de l'animal. En coordonnant la visite du vétérinaire et la venue de l'entreprise de récupération, vous éviterez que votre compagnon mort ne soit exposé à la vue des humains et n'aurez pas à souffrir le processus de décomposition de votre animal pendant de longs jours.


L'autre méthode est l'abattage. Si vous choisissez l'abattage, il existe au moins deux abattoirs au Québec qui vous permettent d'y amener votre cheval, certains jours pour qu'il soit mis à mort sans qu'il ait à attendre dans un enclos pendant de longues heures. Si vous destinez votre cheval à la consommation humaine, il est nécessaire que votre animal à son arrivée à l'abattoir soit accompagné d'un «Document d'information équine» confirmant que votre cheval est admissible.

Évitez de transporter ou de permettre que soit transporté votre animal s'il est fragilisé, si le transport risque de lui infliger d'autres blessures, plus de stress et/ou de souffrance (Loi sur la santé des animaux et Règlement sur la santé des animaux, Partie XII, article 138 (2) (a)). Ne confiez pas votre animal à un transporteur dont le véhicule n'est pas conçu pour le transport des équidés ou qui semble en mauvais état (Loi sur la santé  des animaux et Règlement sur la santé des animaux, Partie XII, article 143 (1) (a)). afin qu'il ne soit exposé pendant une longue période.

Si vous destinez votre cheval à la consommation humaine, il est nécessaire que votre animal à son arrivée à l'abattoir soit accompagné d'un «Document d'information équine» (DIE) acceptable et dument remplie.

Vous destinez votre animal ou vos animaux à la consommation humaine, vous seriez avisé de prendre connaissance de ce qui suit.

La plus récente politique sur ce sujet peut être consultée en ligne au site suivant :

http://www.inspection.gc.ca/francais/fssa/meavia/man/ch17/annexef.shtml


Questions fréquemment posées, et réponses

Q1 Pourquoi dois-je remplir un DIE?

R1 Depuis le 31 juillet 2010, tous les équidés pouvant servir à la consommation humaine doivent, à leur arrivée à l'abattoir, être accompagnés d'un Document d'information équine (DIE) a et dûment remplie. Pour maintenir la valeur et les options de récupération d'un animal les plus élevées possibles relativement à la consommation humaine, le propriétaire doit dûment remplir un DIE pour chaque animal qu'il veut vendre.

Q2 Tous les propriétaires d'équidés doivent-ils remplir un DIE?

R2 Il n'est pas obligatoire que tous les propriétaires d'équidés remplissent un DIE pour chacun des équidés qu'ils possèdent. L'obligation ne concerne que les équidés qui pourraient être destinés à la consommation humaine.

Q3 Pourquoi doit-on tenir compte des médicaments administrés aux équidés depuis le 31 janvier 2010?

R3 Au Canada, les établissements qui abattent des équidés exigent, pour chacun de ces animaux, les antécédents médicamenteux remontant à au moins six mois.

Q4 Quand dois-je remplir le DIE?

R4 Le DIE peut être rempli à n'importe quel moment avant la vente de l'animal, mais vous devez consigner les médicaments administrés à l'animal et les maladies l'ayant touché pendant que vous en étiez propriétaire, soit sur le DIE ou dans un dossier que vous utiliserez pour remplir le DIE avant de vendre l'animal.

Q5 Comment puis-je inclure des photos de mon cheval dans le document?

R5 Un appareil photo numérique est évidemment très utile pour prendre les photos requises. Quelques manipulations à l'ordinateur permettent d'obtenir les photos requises sur une même page. Cette page peut être ensuite imprimée à l'aide d'une imprimante en couleur. Les photos prises peuvent également être formatées ou imprimées dans les nombreux points de vente au détail offrant ce service.

Q6 Quels sont les médicaments non autorisés?

R6 Les médicaments non autorisés sont ceux identifiés comme ne devant pas être administrés aux équins pouvant être utilisés comme animaux pour alimentation humaine. La liste des médicaments dont l'utilisation n'est pas autorisée se trouve à la section E.5 de cette annexe.

Q7 La phénylbutazone est-elle interdite?

R7 À l'heure actuelle, l'utilisation de la phénylbutazone pour des raisons médicales chez les équidés n'est pas interdite au Canada. Toutefois, l'utilisation de la phénylbutazone est interdite chez les équins pouvant servir à la consommation humaine. (Voir la question et réponse no 6).

Q8 Doit-on tenir un registre des suppléments alimentaires ou des produits nutraceutiques administrés aux équidés?

R8 Tout dépend des ingrédients contenus dans le supplément ou le produit nutraceutique. La plupart des suppléments d'aliments pour animaux contiennent, en plus des aliments en tant que tels, des vitamines et des minéraux, pour lesquels il n'y a aucun délai d'attente; il n'est donc pas nécessaire de déclarer ces produits sur le DIE. De même, il n'y a pas de délai d'attente pour les formulations nutraceutiques de substances présentes naturellement dans l'organisme. Cependant, si le supplément ou le produit nutraceutique contient un ingrédient médicamenteux, ce supplément ou ce produit nutraceutique doit être déclaré sur le DIE. En cas de doute, consultez votre médecin vétérinaire.

Q9 Qu'est-ce qu'un délai d'attente?

R9 Le délai d'attente est le nombre minimal d'heures ou de jours devant s'écouler après le dernier traitement avec un médicament ou un vaccin donné (utilisés conformément au mode d'emploi sur l'étiquette) avant que l'animal ne puisse être abattu pour consommation humaine.

Q10 Où puis-je trouver l'information concernant les délais ou les intervalles d'attente relatifs à un médicament?

R10 Pour connaître les délais d'attente établis pour les équidés, il faut d'abord regarder l'étiquette du produit. De plus, la section E.6 de la présente annexe contient la liste des médicaments pour lesquels un délai d'attente de 6 mois est requis. La section E.7 de la présente annexe contient la liste des médicaments qui peuvent être administrés sans danger aux équidés destinés à la consommation humaine. Les intervalles d'attentes pour les médicaments présentés apparaîtront dans cette liste. En ce qui a trait aux médicaments administrés dans le cadre d'une relation médecin vétérinaire/client/patient et pouvant être donnés sans danger aux équidés destinés à la consommation humaine, mais qui n'apparaissent pas sur la liste, vous devez consulter votre médecin vétérinaire avant de procéder à l'administration. Parlez avec votre médecin vétérinaire de la possibilité de demander qu'un délai d'attente valable soit fixé par une source crédible avant de procéder à l'administration.

Q11 Comment dois-je consigner les délais d'attente prescrits par mon médecin vétérinaire relativement à des médicaments dont l'utilisation est considérée sans danger chez d'autres animaux destinés à la consommation humaine, mais pour lesquels l'étiquette ne contient aucune indication à l'égard de l'utilisation chez les équidés destinés à la consommation humaine, ou dans le cas de médicaments qui, selon l'étiquette, ne doivent pas être utilisés chez les équidés destinés à la consommation humaine?

Q12 S'attend-on à ce que ces nouvelles règles soient modifiées?

R12 Oui, ces nouvelles exigences ne représentent que les premières étapes du renforcement du système canadien de salubrité des aliments et de traçabilité des équidés.

Q13 Les chevaux importés seront-ils soumis aux mêmes exigences?

R13 Oui, les chevaux importés présentés à l'abattage dans des établissements canadiens devront satisfaire à cette nouvelle norme canadienne sur la production de viande équine au Canada.

Q14 Ces exigences s'appliqueront-elles uniquement aux produits de viande exportés vers l'Union Européenne?

R14 Non, ces exigences s'appliqueront à tous les équidés présentés à l'abattage dans des établissements inspectés par l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA).

Q15 Qui sera responsable de vérifier les DIE avant l'abattage?

R15 Dans les établissements d'abattage inspectés par l'ACIA, la responsabilité primaire de s'assurer du respect des exigences liées à la conformité incombe d'abord à l'exploitant de l'établissement. L'exploitant devra s'assurer que le DIE accompagnant chacun des équidés présentés à l'abattage est complet et acceptable, et que les renseignements qui y figurent couvrent au moins une période de six mois consécutifs avant l'abattage. L'ACIA vérifiera l'efficacité des procédures d'examen ante-mortem de l'exploitant par rapport au DIE.

Q16 Le DIE peut-il porter sur plus d'un cheval?

R16 Le DIE représente l'information minimale requise avant l'abattage, et ce, sous une forme acceptable. Toutefois, dans certaines circonstances, on pourrait envisager un document d'information concernant plusieurs équidés retenus pendant une période d'attente de six mois, par exemple, avec un système enregistré de contrôle. Si les antécédents médicaux et médicamenteux des animaux sont les mêmes, que la déclaration du propriétaire s'applique à tous les animaux du groupe, et que ces éléments peuvent être déclarés et enregistrés sous une forme que l'ACIA juge satisfaisante, un document d'information pour l'ensemble des animaux peut être acceptable. Le système et la forme des dossiers utilisés doivent toutefois avoir été préalablement approuvés par l'ACIA. Voir la section E.4 pour plus de détails.

Q17 En ce qui a trait aux médicaments non autorisés chez les équidés destinés à la consommation humaine, s'agit-il de médicaments ne pouvant être utilisés tout au long de la vie de l'animal ou seulement pendant six mois?

R17 Les médicaments non autorisés figurent à la section E.5 de cette annexe. Les médicaments non autorisés ne doivent pas être utilisés chez les équidés destinés à la consommation humaine. Pendant une période de transition, l'examen du DIE permettra de déterminer si les équidés ont été traités ou non avec des médicaments non autorisés durant une période de six mois précédent l'abattage. Une plus longue « période de certification » sera éventuellement requise.

Q18 Si je vends mon cheval via un encan, est-ce que l'encan en devient propriétaire et doit par le fait même remplir un DIE?

R18 Non; l'acheteur de l'animal assume le contrôle ainsi que la charge des soins de l'animal vendu via l'encan à partir de la date de fin de possession indiquée sur le DIE par le propriétaire (ou l'agent provisoire) précédant; c.-à-d. depuis la date où l'animal a été livré à l'encan. Tout médicament administré à un animal pendant son séjour à l'encan doit être divulgué par l'administration de l'encan à l'acheteur. Habituellement, cette information est donnée par l'administration de l'encan aux acheteurs potentiels lors de la vente de l'animal.

Q19 Lors d'une vente, je transmets au nouveau propriétaire le Document d'information équine que j'ai rempli en tant que propriétaire de l'animal et le Document d'information équine rempli par le propriétaire précédent; est-ce que je suis responsable de l'information apparaissant sur ce dernier document?

R19 Non. Chaque propriétaire endosse par sa signature la période de charge des soins ou de garde indiquée par les dates inscrites sur son propre DIE.

Q20 Ces nouvelles exigences sont-elles requises parce que les produits de viande chevaline ne sont pas salubres?

R20 Les produits de viande fabriqués dans les établissements agréés au Canada sont préparés et inspectés afin de vérifier qu'ils rencontrent les exigences actuelles en matière de salubrité. Des procédures sont déjà en place afin de détecter et contrôler les résidus potentiels de médicaments vétérinaires et d'autres substances chimiques dans l'approvisionnement de produits carnés. Ces nouvelles exigences pour les équins vont rehausser la salubrité des produits carnés équins en réponse à des demandes de nos partenaires commerciaux internationaux et afin de rencontrer les objectifs propres au Canada.

Q21 Est-ce que tous les équidés destinés à la consommation humaine seront gardés dans des lots?

R21 Non. Les nouvelles exigences demandent un historique documenté pour les derniers six mois précédant l'abattage. Regrouper des équins sous un programme de lot pour six mois n'est qu'une option, non pas une exigence.
Publier un commentaire

TROUVEZ DES PARUTIONS. CONSULTEZ L'INDEX PAR DATE

SOUMETTEZ: Questions, Sujets de discussions ou Textes ICI

Nom

Courriel *

Message *

Comme vos Ami(E)s, aimez notre Page Facebook