9 novembre 2010

Zenyattà, la Suprématie AU FÉMININ


Zenyattà est une jument d’exception qui a couru la Breeders' Cup Classic aux É.U. le 6 novembre dernier. La belle aurait pu signer sa vingtième victoire pour aucune défaite dans l’épreuve cette année, ce qui eut été un record absolu qui l'aurait placé au niveau des légendes tel Seabiscuit ou Secretariat. Mais son adversaire est venu lui arracher la victoire sur le fil, par une tête… Après cette première défaite en carrière Zenyattà entre au haras pour y prendre sa retraite de la course. Son entraineur a confirmé la fin de carrière de sa championne. La superstar des courses hippiques qui a conquis le coeur des Américains quitte donc la scène hippique à l'âge de 6 ans.

La jolie brune, fille de Street Cry et Vertigineux est née en 2004 aux É.U. dans l'état du Kentucky. Elle n'entreprend les courses qu'a la fin de ses trois ans, à l'âge où la plupart de ses contemporaines sont déjà proches de la retraite. Entraînée en Californie par John Shirreffs elle récolte des victoires à chacune de ses courses ce qui la mène invaincu à la rencontre de novembre 2010.

Zenyattà est unique. Ses 19 victoires sans défaites, son impressionnant 550 kg et mesurant 17 mains 2  au garrot, ses pas de danse dans le rond de présentation, resteront gravés dans la mémoire des amateurs. Acheté pour 60,000 $ en 2005 elle rapporte plus de 7 millions à ses propriétaires, Jerry Moss et son épouse Ann. Zenyattà doit son nom à l'album Zenyattà Mondatta du fameux groupe The Police, groupe découvert par Jerry Moss propriétaire de la jument et co-fondateur de la maison de disque A&M Records.

Les propriétaires de Zenyattà ont décidé que cette course qui se déroulerait le 6 novembre serait sa dernière. On espère couronner cette fin de carrière par une 20e victoire en autant de sorties.

Les chevaux prennent le départ. Comme à son habitude en début de course Zenyattà suit derrière le peloton. En milieu de course alors qu'elle remonte rapidement vers la tête, son jockey manoeuvre mal, Zenyattà est prise au milieu du groupe. Elle s'en libère en passant à l'extérieure.  La jument est très rapide et rejoint le meneur. Les voilà au fil d'arrivée. La fin de courses est étourdissante.  Il faut attendre la présentation de la photofinish pour déterminer le gagnant.  La photo sort. Le silence assourdissant contraste avec la clameur d'avant-course. Le malheur est arrivé. Blame son adversaire, est vainqueur. Un vainqueur au nom prédestiné qui portera le blâme d'avoir défait la favorite des Américains.

Les parieurs qui pour plusieurs ont gagé leur premier et pour d'autres leur dernier trente sous sur les champs de courses américains, se souviendront de Zenyattà comme étant la femelle qui a jeté des doutes sur la suprématie des mâles dans le monde des courses de pur sang.
Publier un commentaire

TROUVEZ DES PARUTIONS. CONSULTEZ L'INDEX PAR DATE

SOUMETTEZ: Questions, Sujets de discussions ou Textes ICI

Nom

Courriel *

Message *

Comme vos Ami(E)s, aimez notre Page Facebook