14 décembre 2010

Le Code canadien de pratiques équines sera révisé par plusieurs intervenants du milieu

Élevage de chevaux
Canada Hippique vous annonce avec plaisir que le comité de développement du Code de pratiques pour les chevaux (le « comité de développement »), composé de 18 représentants d’intervenants de huit provinces, est maintenant formé. La prochaine étape de révision du Code de pratiques pour les chevaux, dont la dernière mise à jour date de 1998, peut donc commencer. Se fondant sur les lignes directrices pour le développement de codes de pratiques du Conseil national pour les soins aux animaux d’élevage (CNSAE), reconnues et appuyées à travers le pays, le comité de développement travaillera en collaboration avec le comité de chercheurs équins formé par le CNSAE afin d’élaborer le nouveau Code de pratiques pour les chevaux, dont la publication est prévue pour 2013.


Les codes de pratiques sont des lignes directrices élaborées à l'échelle nationale pour les soins et la manipulation des différentes espèces d'animaux d’élevage. Leur but est de promouvoir une saine gestion et la mise en place de pratiques en matière de bien-être, par l’entremise de recommandations et de conditions d’hébergement, de régie, de transport, d’abattage et d’autres pratiques d’élevage d’animaux. Ces conditions prennent la forme d’obligations réglementaires ou d’attentes de l’industrie pour des normes minimales de soins.

Les membres du comité de développement représentent un large échantillon représentatif de l’industrie au Canada. Ils possèdent une expertise significative dans les soins et la garde des chevaux, la santé équine et les soins vétérinaires, les connaissances techniques, la recherche, les lois, les règlements et la mise en application de ceux-ci en matière de bien-être, les sciences de l’environnement et écologiques, la biosécurité et les meilleures pratiques internationales.

Le comité de développement est également bien doté en experts dans les domaines des méthodes d’élevage de chevaux à grande échelle, de la gestion de parc d’engraissement, des chevaux de trait, des chevaux de course, des ânes et des mules, des chevaux de races quarter horse et arabe et des chevaux utilisés principalement pour les sports équestres de saut d’obstacles, de dressage et de concours complet, ainsi que de l’attelage, de l’équitation western, des loisirs et des pourvoiries.

Tous les participants connaissent les fins et l’utilisation des chevaux au Canada, ont participé activement à des comités bénévoles et possèdent d’excellentes capacités de communications orales et écrites. Le processus leur permettra d’obtenir les commentaires des organisations ou des secteurs correspondant à leur expertise et de fournir des renseignements à jour aux fins de diffusion.

L’un des éléments clé du mécanisme de révision du Code est l’ajout d’un comité de chercheurs, composé de chercheurs et d’universitaires réunis par le CNSAE. Ce comité étudiera l’ensemble de la recherche liée aux questions prioritaires de bien-être des équidés et rédigera un état récapitulatif, lequel approvisionnera le comité de développement en renseignements scientifiques.

En tant qu’organisme membre du CNSAE et de la Coalition canadienne pour la santé des animaux (CCSA), Canada Hippique a contribué à la mise sur pied du comité de développement. Elle dirige le travail de mise à jour du Code de pratiques pour les chevaux depuis 2005. En 2009, les lignes directrices pour le développement des codes du CNSAE ont reçu leur aval. Enfin, en avril 2010, le gouvernement canadien a annoncé le financement de ce projet par l’entremise du fonds Agri-flexibilité, un programme issu du Plan d’action économique du Canada.

« La dernière mise à jour du Code de pratiques pour les chevaux remonte à 1998. Vu la hausse formidable du nombre de chevaux au Canada dans les secteurs récréatif, sportif et agricole et les progrès techniques et médicaux depuis ce temps, la division Races et Industrie de Canada Hippique a estimé hautement prioritaire la révision du Code », a indiqué Dean Leifso, président du conseil de la division Races et Industrie de Canada Hippique. « C’est très gratifiant, que le gouvernement canadien et le Conseil national pour les soins aux animaux d’élevage reconnaissent la nécessité d’une révision du Code de pratiques pour les chevaux et fournissent leur appui l’élaboration et à la distribution du nouveau Code à la communauté équestre du Canada. »

Les codes de pratiques ont de nombreuses raisons d’être, notamment les suivantes
La fourniture de renseignements et de connaissances;
L’établissement d’une base pour les programmes d’évaluation des soins apportés aux animaux; et
La fourniture de documentation de référence aux fins de réglementation.
Les objectifs du mécanisme d’élaboration du Code de pratiques du CNSAE sont les suivants
assurer le fondement scientifique des recommandations du Code;
veiller à la transparence du processus;
obtenir une vaste représentation des parties intéressées;
contribuer à l’amélioration des soins apportés aux animaux d’élevage;
identifier des thèmes de recherche et d’encourager les projets;
rédiger avec clarté afin de faciliter la lecture, la compréhension et l’application du Code; et
fournir un document utile à toutes les parties intéressées.
« Canada Hippique plaide en faveur d’un traitement humanitaire de tous les chevaux, ânes et mules. Cet organisme croit en effet que l’industrie équestre et les propriétaires de chevaux ont la responsabilité de traiter leurs animaux avec respect », souligne la Dre Mary Bell, coprésidente du comité de Santé et Bien-être de Canada Hippique. « Le Code de pratiques actualisé pour les chevaux offrira des lignes directrices qui aideront à améliorer la qualité de vie des animaux, et ce, de la naissance à la mort. »

Caroline Ramsay a été engagée par le CNSAE comme secrétaire à l’élaboration du Code; elle facilitera le travail du Comité d’élaboration du Code de pratiques pour les équidés. Mme Ramsay est titulaire d’un baccalauréat ès sciences de l’Université de la Colombie-Britannique. Elle est stagiaire en agronomie, et son expérience professionnelle inclut la rédaction de normes et la coordination d’un programme d’agrément sur le bien-être des animaux d’élevage.

Pour plus de détails sur le renouvellement du Code de pratiques pour chevaux, veuillez transmettre un courriel à cette adresse : equinecode@equinecanada.ca ou visiter le http://doiop.com/ec_code_f.
Publier un commentaire

TROUVEZ DES PARUTIONS. CONSULTEZ L'INDEX PAR DATE

SOUMETTEZ: Questions, Sujets de discussions ou Textes ICI

Nom

Courriel *

Message *

Comme vos Ami(E)s, aimez notre Page Facebook