4 janvier 2011

PIROPLASMOSES ÉQUINES

La piroplasmose ou babésiose équine est une protozoose du cheval, de la mule, de l’âne et du zèbre, transmise par des tiques. Les agents étiologiques sont des parasites sanguins appelés Theileria equi et Babesia caballi. Theileria equi était désigné antérieurement comme Babesia equi. Les animaux infectés peuvent rester porteurs de ces parasites pour de longues périodes et être sources d’infection pour les tiques qui agissent en tant que vecteurs. Les parasites sont observés en position intra-érythrocytaire chez l’animal infecté.

L’introduction d’animaux porteurs dans des zones où les tiques sont présentes peut conduire à conférer à la maladie un aspect épizootique.

Identification de l’agent pathogène : les chevaux infectés peuvent être identifiés en mettant en évidence les parasites par étalements colorés de sang ou calques d’organes. Les techniques décoloration de type Romanovsky ou Giemsa donnent les meilleurs résultats. Chez l’animal porteur,de faibles parasitémies rendent la détection parasitaire très difficile, particulièrement dans le cas d’infections à B. caballi, bien qu’elle puisse être révélée par la technique de la goutte épaisse.


Les mérozoïtes bigéminés, contigus par une de leur extrémité, constituent l’élément diagnostique de l’infection à B. caballi. Les mérozoïtes de T. equi sont d’une longueur inférieure à 2-3 μm, et sont ronds ou amiboïdes. Une caractéristique de T. equi est la disposition des 4 parasites en tétrade ou« croix de Malte ».

Quand des résultats sérologiques équivoques sont enregistrés, l’inoculation d’une grande quantité de sang total à un cheval splénectomisé réceptif peut être une aide diagnostique. Le cheval receveur est examiné pour déceler les signes cliniques de la maladie et les globules rougesobservés pour la mise en évidence de parasites. Une autre méthode consiste à nourrir une tiquevectrice sur un animal suspect et Babesia/Theileria peuvent être identifiées soit chez le vecteur soit par l’intermédiaire d’une transmission par ce vecteur à un autre animal réceptif.

Épreuves sérologiques : les infections chez les animaux porteurs sont mises en évidence par des examens sérologiques de détection d’anticorps.

Habituellement, la fixation du complément (FC) est le premier test utilisé pour autoriser l’importation de chevaux. Les autres épreuves sérologiques sont l’immunofluorescence indirecte (IFI) et laméthode immuno-enzymatique (ELISA). L’IFI peut être utilisée pour distinguer les infections à T. equi et celles à B. caballi. L’ELISA peut être utilisé pour détecter les anticorps dirigés contre les 2 espèces chez le cheval infecté, bien que des réactions croisées entre T. equi et B. caballi seproduisent, aussi cette épreuve ne peut-elle pas être recommandée comme une épreuve de diagnostic discriminante. Cependant, de récents progrès basés sur l’utilisation de protéines recombinantes de mérozoïtes de T. equi et B. caballi et des anticorps monoclonaux (AcM)spécifiques de ces protéines dans des tests ELISA de compétition apparaissent comme très prometteurs. L’ELISA de compétition peut être supérieur à la FC, en particulier pour détecter les animaux anciennement infectés chez qui le titre en FC a chuté, mais qui restent positifs en IFI. À la différence de l’ELISA indirect, l’ELISA de compétition a été démontré comme très spécifique pour chacune des 2 espèces impliquées comme agents de piroplasmoses.

Spécifications applicables aux vaccins et aux produits biologiques à usage diagnostique : il n’existe ni vaccins ni produits biologiques de disponible.


Le texte complet - ICI -
Publier un commentaire

TROUVEZ DES PARUTIONS. CONSULTEZ L'INDEX PAR DATE

SOUMETTEZ: Questions, Sujets de discussions ou Textes ICI

Nom

Courriel *

Message *

Comme vos Ami(E)s, aimez notre Page Facebook