7 février 2015

BARIL: La Québécoise Émilie Veillette Championne Mondiale de la BFA sur Marley, étalon Palomino Q-H



BFA WORLD CHAMPIONSHIP

Émilie Veillette Championne Mondiale de la BFA World Championship sur son cheval Marley
À peine âgée de 22 ans, la Mascouchoise Émilie Veillette est un exemple de détermination. Seule au Texas avec ses quatre jeunes chevaux, elle parcourt les compétitions de rodéo et de derby avec la ferme intention de se tailler une place parmi l’élite. Et du 8 au 13 décembre, elle a montré au monde entier qu’elle avait l’étoffe d’une championne en devenant la première Canadienne à remporter un titre mondial au prestigieux BFA World Championship.

«Je ne m’attendais vraiment pas à ça. Je savais que ça arriverait un jour, parce que je travaille extrêmement fort, mais je ne pensais pas que ça m’arriverait aussi rapidement. En plus, je ne mène pas une carrière professionnelle depuis des années, comparativement à plusieurs autres concurrents. Et je n’ai pas un énorme budget. Certains dépensent jusqu’à 200 000 $ pour leur cheval, alors que pour mon Marley (Étalon Palomino Quarter Horse "SV Pass Em Fire"), je n’avais qu’un petit budget. Il semble que je sois tombée sur le bon.»

Émilie Veillette Championne Mondiale de la BFA World Championship sur son cheval Marley
C’est en derby, dans la catégorie des chevaux de six ans et moins, qu’Émilie Veillette a remporté ce prestigieux titre. «Le BFA World Championship est ouvert à tous, mais c’est ici que concourent les meilleurs au monde. Si tu vas ailleurs et que tu gagnes, tu ne seras pas nécessairement le meilleur, mais lorsque tu viens ici, tu te frottes à l’élite.»

«Quand on veut, on peut»

Parmi les 300 concurrents dans sa catégorie, seulement 20 pouvaient se classer pour la finale. «Tous avaient deux chances de bien performer pour accéder à la finale, puisque c’est le meilleur de tes deux temps qui était retenu. Ma première performance n’a pas été excellente, mais je me suis reprise lors de ma deuxième course avec un temps de 15,475 secondes.» Elle était alors classée au 7e rang. Puis, en finale, la jeune femme a donné le tout pour le tout. Avec un résultat de 15,390 secondes et un cumulatif de 30,865 secondes, elle a remporté les grands honneurs, une première pour un Canadien au BFA World Championship.

«C’est toujours le même parcours partout dans le monde, mais souvent, la différence entre deux concurrents se calcule en millièmes de seconde. C’est extrêmement serré, et c’est très dur aussi. Je courais contre des gens de 40 ans qui avaient déjà gagné ce championnat à quatre ou cinq reprises et qui concouraient chez eux, dans leur "ring". Ils avaient un avantage sur moi. Mais ça prouve que quand on travaille fort et qu’on veut réussir, on peut avoir du succès.»

Du travail et du temps ...

Cliquez pour Lire la suite sur La Revue www.larevue.qc.ca
Publier un commentaire

TROUVEZ DES PARUTIONS. CONSULTEZ L'INDEX PAR DATE

SOUMETTEZ: Questions, Sujets de discussions ou Textes ICI

Nom

Courriel *

Message *

Comme vos Ami(E)s, aimez notre Page Facebook