2 février 2015

Le métier de Palefrenier(ière)

Le palefrenier (ou la palefrenière car un fort pourcentage des postes sont occupés par des femmes) est un employé chargé de s'occuper des chevaux. Le palefrenier se charge du nettoyage des écuries et des soins quotidiens aux chevaux : nourriture, pansage, surveillance des poulinages, soins vétérinaires élémentaires. Parfois, il peut être amené à faire la détente des chevaux. Il entretient aussi le matériel d'équitation comme les selles, harnais, brides, etc. Dans les grandes écuries, le palefrenier peut ne conserver que les tâches de soins aux chevaux, le nettoyage des boxes étant alors laissé à des agents d'entretien. Inversement, dans les petites structures, le métier consiste aussi à s'occuper des manèges, carrières, pâtures ou lieux collectifs. C'est un métier difficile qu'on ne peut exercer sans une véritable passion.


Nature du travail

Nourrir et entretenir
Matin, midi et soir, les chevaux attendent leurs rations. Trois ou quatre litres de nourriture ? Le palefrenier adapte le menu à la charge de l'entraînement. Par ailleurs, il passe plus de la moitié de son temps à entretenir les box, les vidant et remettant de la ripe contenue dans des sacs ou en vrac. S'il prend soin des animaux dont il a quotidiennement la charge, il ne monte que très rarement à cheval.

Surveiller
Un cheval allongé se regardant le flanc, l'absence de crottins dans le box, des ruades anormales dans la porte... Le palefrenier sait décoder ces différentes manifestations. Et réagir rapidement en cas d'urgence. Côtoyant en permanence les chevaux, il connaît bien le tempérament de chacun et peut pressentir la survenue d'un problème.

Réparer
Consolider une clôture, réparer un tracteur, entretenir le matériel (selles ou harnais) et les espaces verts... autant de tâches effectuées par cet homme (ou cette femme) de toutes les situations ; et de tous les services ; véritable cheville ouvrière des écuries et des centres équestres d'envergure.


Compétences requises

Maîtrise de l'univers équestre
Passionné par les chevaux, le palefrenier a des bases d'équitation et possède de préférence un brevet de la Fédération équestre. Mais cela n'est pas une obligation. Il connaît le tempérament des animaux, décrypte leur comportement et leurs réactions, a des connaissances solides en anatomie équine, sans être pour autant vétérinaire.

Robustesse et polyvalence
Pour soulever des balles de foin, des seaux de nourriture ou de la ripe souillée, le palefrenier doit être en bonne forme physique. Homme à tout faire, il doit également avoir des rudiments de mécanique (pour réparer un tracteur en panne), de maréchalerie (pour déferrer un cheval, remettre un clou), mais aussi d'électricité, de maçonnerie et de menuiserie (pour l'entretien des écuries).

Le goût des autres
Dans les centres de tourisme équestre et les poneys-clubs, avoir le sens du contact constitue un plus. Enfin, posséder un permis de conduire pour camionnette est recommandé afin de pouvoir accompagner les chevaux sur les terrains de compétition et parfois aussi en urgence à l’hôpital vétérinaire.

Nous avons trouvé 2 endroits ou cette technique est enseignée:



Publier un commentaire

TROUVEZ DES PARUTIONS. CONSULTEZ L'INDEX PAR DATE

SOUMETTEZ: Questions, Sujets de discussions ou Textes ICI

Nom

Courriel *

Message *

Comme vos Ami(E)s, aimez notre Page Facebook