27 février 2015

Piroplasmose équine

La piroplasmose équine n'a jamais été observée au Canada. Il faut cependant en vérifier la présence sur les chevaux qui sont importés des régions tropicales et subtropicales.

Qu'est-ce que la piroplasmose équine?

La piroplasmose équine est une maladie transmise par les tiques qui touche tous les équidés comme les chevaux, les mules, les ânes et les zèbres.

La piroplasmose équine présente-t-elle des risques pour la santé humaine?

Les cas humains de piroplasmose équine sont très rares. Les chevaux infectés ne posent aucun risque pour les humains. Ces derniers peuvent contracter la maladie s'ils sont mordus par une tique porteuse du parasite; cependant, chez les personnes en santé, les infections sont généralement légères et autolimitative. Les personnes atteintes peuvent présenter les symptômes suivants : fatigue, perte d'appétit, malaise généralisé, douleurs musculaires et maux de tête.

Quels sont les signes cliniques de la piroplasmose équine?

Les signes cliniques de la piroplasmose équine sont variés et souvent imprécis; la maladie peut être facilement confondue avec une autre. La piroplasmose équine peut apparaître sous forme suraiguë, aiguë, subaiguë et chronique.
Forme suraiguë : Dans certains cas suraigus, les animaux peuvent mourir sans avoir affiché de signe de la maladie au préalable.
Forme aiguë : La piroplasmose équine aiguë est la forme que l'on observe le plus fréquemment, et elle présente les signes suivants : fièvre, perte d'appétit, apparition soudaine d'une immobilité et d'une hésitation à bouger et apathie sévère. La fièvre peut tomber après un jour et devenir intermittente. La maladie peut également présenter les signes suivants : anémie, jaunisse, hypertrophie de la rate et du foie.
Forme subaiguë : Les signes cliniques des cas subaigus sont semblables à ceux des cas aigus, sauf que les animaux affectés peuvent présenter une perte de poids et une fièvre intermittente.
Forme chronique : Les cas chroniques présentent généralement des signes cliniques non spécifiques comme une légère perte d'appétit, un piètre performance et une perte de poids. Les cas graves peuvent entraîner la mort de l'animal. Les symptômes sont plus graves chez les jeunes chevaux et les poulains nouveaux-nés.

Où trouve-t-on la piroplasmose équine?

La piroplasmose équine n'a jamais été observée au Canada. On la trouve principalement dans l'ensemble des régions tropicales et subtropicales.

Comment la piroplasmose équine est-elle transmise et se propage-t-elle?

La piroplasmose équine est causée par deux organismes monocellulaires (protozoaires), Theileria equi (T. equi) et Babesia caballi (B. caballi). Les protozoaires envahissent les globules rouges des animaux infectés, ce qui entraîne la maladie.
La maladie ne se transmet pas par contact direct. Elle se propage le plus souvent lorsque le sang d'un animal infecté entre en contact avec un animal ou un insecte susceptible. Les tiques sont les principaux vecteurs de transmission, puisqu'il s'agit d'hôtes naturels des parasites. La maladie peut également se transmettre par le biais d'aiguilles et de seringues contaminées. Les poulains peuvent être infectés pendant qu'ils sont dans l'utérus, en particulier par T. equi.
Une fois rétablis, les chevaux peuvent porter le parasite dans leur sang pendant longtemps et peuvent être une source d'infection pour les tiques. L'introduction d'animaux porteurs dans des zones exemptes de la maladie où se trouvent des tiques peut mener à l'infection d'un grand nombre d'animaux.
L'infection est saisonnière; le plus souvent, elle se produit peu après les pics de population de tiques. La température est le facteur climatique le plus important, puisque les tiques sont plus actives lorsque les températures sont élevées.
L'importation d'animaux infectés est le principal facteur de risque lié à l'introduction de la piroplasmose équine au Canada.

Comment diagnostique-t-on la piroplasmose équine?

On peut soupçonner la présence de la maladie chez les chevaux présentant une anémie, une jaunisse ou une fièvre. Pour établir un diagnostic définitif, il faut réaliser des épreuves en laboratoire et des analyses sanguines.

Comment traite-t-on la piroplasmose équine?

La piroplasmose équine répond mal aux traitements.
Lorsqu'on utilise des antibiotiques précis pour traiter B. caballi, leur toxicité peut rendre le cheval très malade durant le traitement. Les effets secondaires possibles peuvent comprendre les coliques, l'hypersalivation et la mort.
Les traitement actuellement disponibles ne sont pas efficaces pour éliminer T. equi chez les porteurs.

Que fait-on pour protéger le bétail canadien de la piroplasmose équine?

L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) impose des règlements rigoureux concernant l'importation d'animaux et de produits d'origine animale en provenance de pays reconnus comme étant touchés par la piroplasmose équine. Ces règlements sont appliqués grâce à des inspections aux points d'entrée effectuées par l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) et par l'ACIA.
La piroplasmose équine est une « maladie à déclaration obligatoire » en vertu de la Loi sur la santé des animaux. Par conséquent, tous les cas présumés doivent être déclarés à l'ACIA pour que des inspecteurs puissent mener une enquête immédiatement.

Comment l'ACIA interviendrait-elle en cas d'épidémie de piroplasmose équine au Canada?

En cas d'épidémie de piroplasmose équine au Canada, la stratégie d'intervention d'urgence de l'ACIA consisterait à :
  • éradiquer la maladie;
  • rétablir le plus tôt possible le statut du Canada en tant que pays exempt de la maladie.
En vue d'éradiquer la piroplasmose équine, l'ACIA peut mettre en oeuvre l'ensemble ou une partie des méthodes suivantes pour lutter contre la maladie :
  • destruction sans cruauté des animaux infectés;
  • surveillance et retraçage des animaux pouvant être infectés ou exposés à la maladie;
  • mesures rigoureuses de mise en quarantaine et de contrôle des déplacements des animaux pour prévenir la propagation;
  • zonage pour délimiter les zones infectées et les zones exemptes de la maladie.

Contacts pour de plus amples renseignements


COMME vos AMI(E)S, AIMEZ notre PAGE FACEBOOK
Publier un commentaire

TROUVEZ DES PARUTIONS. CONSULTEZ L'INDEX PAR DATE

SOUMETTEZ: Questions, Sujets de discussions ou Textes ICI

Nom

Courriel *

Message *

Comme vos Ami(E)s, aimez notre Page Facebook