15 mars 2015

Tirées par les chevaux! elles étaient roulantes, glissantes et toujours rutilantes

La collection Paul-Bienvenu compte 22 des plus belles voitures fabriquées par Bruno Ledoux dont 6 sont présentées dans l'exposition. Crédit photo: http://www.mediades2rives.com/MuseeCivilisation26fevrier2015.html
La collection de voitures hippomobiles Paul Bienvenu

Après une judicieuse sélection réalisée parmi les 213 voitures hippomobiles offertes en donation par Paul Bienvenu, le Musée de la civilisation présente 18 de ces témoins d'une période révolue dans l'exposition Tirées par les chevaux! La collection de voitures hippomobiles Paul-Bienvenu jusqu'au 17 janvier 2016.

En compagnie du donateur Paul Bienvenu, le directeur général des Musées de la civilisation, M. Michel Côté, a souligné que « grâce à la rigueur et à la vigilance de Paul Bienvenu, nous restituons aujourd'hui à la collectivité québécoise, un véritable trésor. Pendant plus de 50 ans, il s'est passionné pour le sujet avec une détermination sans faille, faisant de cette collection une référence indéniable tant sur le plan historique en matière de réalités sociales et économiques que sur le plan de l'évolution des techniques et du design de fabrication ». M. Côté a souligné qu'à juste titre  « cet ensemble unique a récemment été reconnu comme un bien culturel canadien en raison de son intérêt exceptionnel et de son importance nationale ».

COMME vos AMI(E)S, AIMEZ notre PAGE FACEBOOK

Pour sa part, Paul Bienvenu a mentionné qu'il était extrêmement heureux de voir quelques-unes de ses plus belles pièces accessibles au public. « Je connais chacune de ces voitures et je vous jure qu'elles ont toutes une histoire exceptionnelle à raconter. C'est ce que l'on découvre dans l'exposition sans parler de la publication qui est une merveille. J'ai fait le bon choix en faisant don de ma collection aux Musées de la civilisation. Elle ne sera pas dispersée, on en prendra soin comme je l'ai fait pendant des années ».

Présentées dans une muséographie rappelant les routes de terre et enneigées, les 18 imposantes pièces nous entraînent sur de multiples chemins. L'ambiance sonore et l'éclairage font qu'on se sent projeté en plein 19e siècle, âge d'or des véhicules hippomobiles.

ROULANTES L'ÉTÉ...
La plus ancienne voiture hippomobile de l'exposition est une calèche à deux roues de la fin du 18e siècle. Ce type de voiture, incluant la charrette, le cabrouet et le tombereau, domine le paysage jusqu'à la conquête anglaise. L'état lamentable du réseau routier et la faiblesse de la main-d'œuvre spécialisée dans la fabrication des voitures freinent le développement des voitures à quatre roues.

Par la suite, en raison du développement urbain et industriel de la société québécoise et des besoins croissants en transport terrestre, apparaissent différents modèles de voitures à deux et quatre roues adaptées à chaque activité : des cardinaux paradent dans leur magnifique landau fabriqué par Bruno Ledoux; la famille bourgeoise se déplace vers la gare dans un phaéton à trois bancs surnommé « station wagon »; on se déplace en ville grâce à l'omnibus pouvant contenir sept passagers ou en Hansom Cab, cette voiture-taxi d'où le client ne peut s'échapper sans payer! De son côté, l'homme d'affaires préfère conduire lui-même son « duc » à la ville comme à la campagne.

Bref, qu'on les appelle coupé, landau, berline, calèches vis-à-vis, milord, victoria, duc, phaéton, break, dog-cart, omnibus, cabriolets, tilburys, tandem-carts, carricks, charrettes anglaises, gigs ou tonneau, ces véhicules sont synonymes de réussite sociale.

...GLISSANTES L'HIVER
Les véhicules glissants représentent l'adaptation et l'innovation du transport terrestre au climat québécois. Jusqu'à la fin du 17e siècle, les carrioles perpétuent les formes établies. Peu versantes, elles protègent bien les passagers du vent mais n'offrent pas une bonne vision du chemin et des obstacles lorsqu'on y est assis. Celle créée par les artisans de la vallée du Richelieu possède une allure remarquable par ses formes, ses couleurs et ses dessins à motifs floraux et végétaux soulevés en relief sur la caisse. Une œuvre d'art sur patins!

Sous l'influence anglaise, les structures deviennent plus légères et plus sophistiquées. Les élégants traîneaux apparaissent, montés sur des patins hauts et ajourés, plus délicats que ceux des carrioles. On les nomme souvent sleigh ou cutter, ce qui montre bien leurs origines. Une évocation d'une promenade hivernale à la chute Montmorency interpelle par son côté romantique particulier au 19e siècle.

DE CHARRON À CARROSIER-VOITURIER
L'exposition dévoile inévitablement les multiples métiers entourant la voiture à chevaux. Aux 17e et 18e siècles, les forgerons, charrons et menuisiers construisent des véhicules adaptés au climat : résistants, confortables et utilisant peu de fer, car ce matériau coûte cher.

Au début du 19e siècle apparaît un premier métier spécialisé dans le domaine: carrossier-voiturier. Quelques enseignes dans l'exposition rappellent qu'un grand nombre de petites entreprises artisanales spécialisées en fabrication de voitures hippomobiles offraient de nouveaux modèles à leur clientèle aisée. En 1850, le Québec compte 33 des 58 fabriques canadiennes de voitures.

53 VOITURIERS DE RENOM DONT LE PLUS GRAND EST BRUNO LEDOUX
Parmi les 53 voituriers de renom qui figurent dans la collection Paul-Bienvenu, se distingue Bruno Ledoux qui s'installe à Montréal, en 1852. Sa quête de raffinement et de performance lui permet de devenir le plus grand voiturier de l'histoire canadienne. Il participe à plusieurs expositions de voitures, où il remporte de nombreux prix, ce qui lui vaut le titre de carrossier officiel de la princesse Louise et du marquis de Lorne, gouverneur-général du Canada (1878-1883). Il demeure le seul voiturier canadien à obtenir une telle nomination et son nom est associé à d'éminents personnages tels Sir Rodolphe Forget (1861-1919), député fédéral de 1904 à 1917, les cardinaux Taschereau et Bégin, Amable Bélanger (1846-1914) de Montmagny, fondateur de la fonderie des poêles Bélanger, des gouverneurs généraux dont Lord Stanley de Preston (1888-1893).

La collection Paul-Bienvenu compte 22 des plus belles voitures fabriquées par Bruno Ledoux dont 6 sont présentées dans l'exposition.

UNE MAGNIFIQUE PUBLICATION POUR EN APPRENDRE DAVANTAGE
Un sujet aussi riche ne pouvait se passer d'une publication de qualité! Les visiteurs pourront satisfaire leur curiosité et approfondir leurs connaissances en parcourant le magnifique ouvrage éponyme à l'exposition et apprécier la collection Paul-Bienvenu dans sa presque totalité puisque 139 voitures y sont décrites selon leur catégorie, leur utilisation. Sous la direction d'Hélène Dionne. En vente à la boutique des Musées de la civilisation au coût de 34,95 $.

VOITURES ET TWITTÉRATURE
Quatre des dix-huit voitures sont prétextes à la twittérature (Twitter + littérature = Twittérature), ce nouveau genre de conte d'un maximum de 140 caractères. Sur Twitter les visiteurs se laissent inspirés par la voiture et certains objets de collections ajoutés à la présentation des quatre voitures hippomobiles. Les auteurs de la twittérature sont automatiquement éligibles au concours pour gagner un prix!

Pour toutes ces raisons, ne manquez pas l'exposition Tirées par les chevaux! La collection de voitures hippomobiles Paul-Bienvenu présentée jusqu'au 17 janvier 2016, au Musée de la civilisation, à Québec.

Source: Communiqué de presse : Musées de la Civilisation
Agnès Dufour adufour@mcq.org
Rosemonde Gingras rosemonde@rosemondecommunications.com
Publier un commentaire

TROUVEZ DES PARUTIONS. CONSULTEZ L'INDEX PAR DATE

SOUMETTEZ: Questions, Sujets de discussions ou Textes ICI

Nom

Courriel *

Message *

Comme vos Ami(E)s, aimez notre Page Facebook