4 décembre 2010

Les Risques pour la Santé Humaine Posés par l'Administration de Médicaments aux Chevaux


Pour leur santé et leur sécurité, les personnes qui ont à soigner leurs chevaux doivent redoubler de prudence lorsqu'elles manipulent certains produits vétérinaires. Si elles commettent la moindre imprudence, elles courent un risque plus ou moins grave d'entrer en contact avec le produit utilisé chaque fois qu'elles appliquent un traitement donné à un animal. Le risque est celui de subir une atteinte ou une perte. L'étiquette de chaque produit décrit la nature des risques pour la santé humaine et les précautions à prendre pour s'en prémunir. Il faut les observer à la lettre.

Voies de Contaminations pars les Médicaments Vétérinaires

Le contact avec les médicaments s'opère essentiellement par les cinq voies suivantes : peau, yeux, injection dans les tissus corporels, inhalation et ingestion.
  • La contamination par voie cutanée (peau) se produit lorsque la peau est mise en contact avec le médicament. La quantité absorbée et la rapidité d'absorption dépendent de l'état de la peau (intacte ou écorchée), de la partie du corps contaminée et du médicament en cause (propriétés chimiques). Les prostaglandines injectables, lorsqu'elles sont renversées sur la peau, posent un risque tout particulier pour les femmes enceintes.
  • La contamination par les yeux est une forme de contamination par voie cutanée. Elle se produit le plus souvent lorsqu'on se frotte les yeux avec des mains contaminées ou lorsque le médicament refoule à l'arrière de la seringue. Le refoulement résulte de l'utilisation d'une aiguille de mauvais diamètre : le médicament s'écoule lentement dans l'aiguille ou seulement quand on pousse fortement sur le piston de la seringue. L'aiguille se bloque avant d'être enfoncée dans la peau de l'animal ou dès qu'on l'enfonce, ou lorsqu'elle est mal fixée à la seringue. Dans tous les cas, au moment où l'on appuie sur le piston, le médicament est projeté en arrière et peut éclabousser le visage du manipulateur. Les médicaments peuvent être corrosifs ou irritants pour les yeux. Les yeux sont la voie de pénétration commune de produits nocifs.
  • L'injection accidentelle se produit en général lorsqu'on n'a pas bien immobilisé l'animal ou qu'on ne prend pas assez de précautions. Elle peut également se produire lorsqu'on ne range pas prudemment les objets pointus ou coupants, dont les aiguilles, les seringues et les lames. Placer les objets coupants de toutes sortes, après usage, dans un récipient à l'épreuve des perforations. Inscrire clairement « objets coupants » sur le récipient. Quand le récipient est à moitié rempli, appeler son vétérinaire ou le bureau de santé de sa région pour savoir comment s'en débarrasser.
  • La contamination par voie orale (ingestion) peut se produire lorsqu'on manipule imprudemment le produit; par exemple, quand on retire ou tient entre les dents l'étui de plastique qui normalement protège l'aiguille. C'est une mauvaise habitude dont il faut se défaire.
  • L'inhalation se produit en général quand on respire des produits pulvérisés en poudre ou en fines gouttelettes, par exemple des insecticides ou des désinfectants. Lire attentivement les précautions d'emploi. Le port d'une tenue protectrice peut être nécessaire. Certains produits ne peuvent être appliqués que par des professionnels autorisés.
 Problèmes Posés par des Produits Chimiques en Particulier

Les antibiotiques, tels que la pénicilline, sont communément utilisés en solutions injectables chez les chevaux. Certaines personnes sont allergiques à la pénicilline.

Les tranquillisants sont couramment utilisés pour calmer les chevaux pendant le transport, les soins aux dents ou aux sabots, et les opérations chirurgicales. Ils sont d'une extrême utilité, mais l'absorption accidentelle d'une seule goutte de xylazine (p. ex., Rompun®) peut entraîner chez l'homme un arrêt respiratoire. L'administration d'un tranquillisant fait courir un grand risque tant à l'animal qui le reçoit qu'à la personne qui l'administre.

Les hormones sont des produits chimiques synthétiques ou naturels qui ont une action puissante sur les cycles reproductifs des animaux et des humains et qui influent sur de nombreuses autres fonctions. Les prostaglandines exercent plusieurs effets pharmacologiques sur l'appareil reproducteur femelle. On les administre aux juments pour synchroniser les oestrus et provoquer les chaleurs chez les sujets difficiles à féconder. À cause de leur effet sur le cycle reproducteur, ces médicaments ne devraient pas être manipulés par des femmes enceintes. Les personnes souffrant d'asthme et de maladies bronchiques doivent également faire très attention en manipulant ces produits. Les prostaglandines sont commercialisées sous plusieurs noms dont Estrumate® et Lutalyse®.1

Le Regumate contient de l'altrénogest, un progestatif de synthèse utilisé pour déclencher l'oestrus chez les juments. L'altrénogest peut être absorbé par la peau. Ce produit, en solution huileuse, est capable de passer à travers des gants poreux. L'absorption cutanée peut être plus importante dans les régions couvertes d'un matériau occlusif, p. ex. les mains quand on porte des gants en latex ou en caoutchouc.

En cas de contact du produit avec la peau, se laver immédiatement à l'eau et au savon. Si les yeux ont été touchés, les rincer immédiatement avec de l'eau pendant 15 minutes et consulter un médecin. Le fabricant met en garde les personnes suivantes : les femmes enceintes, les femmes ayant des saignements anormaux, les personnes souffrant de thrombophlébite, de tumeurs oestrogéno-dépendantes, de maladies coronariennes, d'un carcinome du sein connu ou suspecté, de tumeurs bénignes ou malignes qui se sont développées pendant qu'elles utilisaient des contraceptifs oraux ou des produits contenant des oestrogènes.

Les anti-inflammatoires
Le DMSO est bien connu des propriétaires de chevaux. L'ingrédient actif, le sulfoxyde de diméthyle, est un solvant puissant. Il réduit l'enflure provoquée par une contusion grâce à ses propriétés hygroscopiques (il absorbe l'eau). Il peut augmenter la pénétration des allergènes de faible poids moléculaire comme la pénicilline G et risque d'entraîner une forte réaction locale si des substances administrées par voie topique, p. ex. des onguents, sont présentes sur la peau. On doit donc appliquer ce produit uniquement sur une peau sèche et en portant des gants en caoutchouc. La personne qui est contaminée par ce produit a une odeur d'ail sur l'haleine et peut souffrir d'une réaction cutanée locale, de maux de tête et de nausée. À utiliser dans des lieux bien ventilés et éviter l'inhalation et le contact avec les yeux.2

Les anthelmintiques
Les vermifuges à base d'ivermectine (p. ex. Eqvalan®) sont des produits chimiques puissants couramment administrés aux chevaux. Ne pas manger ni fumer pendant la manipulation des vermifuges et se laver les mains quand on a fini. Éviter le contact avec les yeux. Incinérer les flacons et les restants de vermifuges ou les envoyer au dépotoir, parce que l'ivermectine, si elle se retrouve dans l'eau, est nocive pour les poissons et autres organismes aquatiques.

Résumé

Les médicaments devraient être administrés seulement par un vétérinaire ou sur les indications d'un vétérinaire. Beaucoup de vétérinaires dispensent les médicaments seulement aux clients avec lesquels ils entretiennent de bonnes relations vétérinaire/client/patient. Étant donné qu'ils sont responsables de l'emploi consciencieux des médicaments qu'ils dispensent, les vétérinaires peuvent éprouver plus ou moins de réticence à remettre des médicaments à certains clients.

Il faut consulter le mode d'emploi des produits et observer scrupuleusement toutes les mises en garde concernant les risques posés pour la santé humaine.

Se protéger et protéger les siens
  • Observer les précautions stipulées sur l'étiquette.
  • Éviter le contact du produit avec la peau.
  • Immobiliser l'animal à traiter.
  • Se laver les mains ou prendre un bain après avoir utilisé des médicaments.
  • Changer de vêtements s'ils sont contaminés.
  • Ne pas manger ni fumer pendant qu'on manipule les médicaments.
  • Fermer à clé les locaux et armoires à pharmacie
Suivant les indications portées sur l'étiquette :
  • porter une tenue protectrice
  • porter des gants de protection
  • porter des lunettes de sûreté
Qui appeler pour obtenir de l'aide

Votre médecin
Le fabricant du médicament
Les centres d'information antipoison

Source: Dr Bob Wright - scientifique vétérinaire, Élevage des chevaux et des animaux non traditionnels/MAAARO; Dr Dan Kenney - vétérinaire/Ontario Veterinary College, Université de Guelph. Site Web
Publier un commentaire

TROUVEZ DES PARUTIONS. CONSULTEZ L'INDEX PAR DATE

SOUMETTEZ: Questions, Sujets de discussions ou Textes ICI

Nom

Courriel *

Message *

Comme vos Ami(E)s, aimez notre Page Facebook